Categories

,

7 candidats à la présidentielle réagissent aux propositions d’InfraNum pour une France connectée et durable

  • By InfraNum
  • 25 mars 2022

Hier matin (23 mars), 7 candidats à la Présidentielle 2022 ou leurs représentants ont répondu à l’appel de la fédération InfraNum pour une audition devant près de 200 membres de la filière des infrastructures numériques. Objectif : partager leurs regards et programmes quant à leur ambition pour une France connectée et durable. Si des enjeux ne font aucun débat, d’autres semblent davantage « oubliés » de ces programmes. Et quoiqu’il en soit, les modalités d’actions divergent parfois sensiblement.

Préalablement, les candidats et équipes de campagne avaient tous reçu la « plateforme présidentielle » d’InfraNum. Fruit d’une concertation de ses membres, cette plateforme recense 30 propositions regroupées autour de 4 thèmes majeurs pour tracer les enjeux des infrastructures numériques pour le quinquennat à venir (cf. communiqué du 9 mars 2022).

L’enjeu majeur du numérique

Cet événement a d’abord eu l’intérêt de mesurer l’enjeu accordé par chacun au numérique. Et le constat est unanime : il constitue un enjeu majeur, non seulement économique (attractivité des territoires notamment), mais aussi sociétal et environnemental. « Notre pays doit être prêt pour la prochaine révolution économique et sociétale que représente le numérique » lance Sylvain Raifaud pour Yannick Jadot. Alexandre Schön, représentant de Jean-Luc Mélenchon, le qualifie même de « chance » tout en appelant à une extrême vigilance quant aux « pratiques capitalistiques et non éthiques ».

Tous s’accordent également sur la nécessité d’aboutir à une couverture du territoire en THD complète, sans zone blanche – en fixe comme en mobile. Celle-ci, voulue par Emmanuel Macron en 2017, est renouvelée dans le programme de ce dernier pour 2025. Nelly Garnier indique même que Valérie Pécresse souhaite instaurer « un bonus financier pour les collectivités qui achèveront le déploiement avant 2024 ». Cela dit, chacun est conscient des difficultés à venir à commencer par la question des raccordements complexes, de leur financement et de certains freins opérationnels à lever, mais sur lesquels beaucoup semblent confiants. Sur ce sujet, Eric Bothorel, pour Emmanuel Macron, annonce être favorable à la mobilisation de financements supplémentaires pour la complétude du réseau très haut débit.

Cette équité d’accès au très haut débit interroge également sur la notion de péréquation et de pérennité des réseaux. Face à Nicolas Dupont Aignan qui souhaite « un réseau national unique, que les opérateurs louent » ou Jean-Luc Mélenchon qui demande « une réforme du zonage AMEL – AMII et de la réglementation », beaucoup ont conscience du besoin de financement lié. Le rôle et le pouvoir des collectivités semblent alors « à renforcer » selon Yannick Jadot ou Jean Lassalle. Tandis qu’Anne Hidalgo, représentée par Sébastien Vincini, souligne l’importance des partenariats publics-privés ou la nécessité de mettre en place une gouvernance numérique autonome et indépendante.

L’humain, au cœur du numérique

Finalement c’est avant tout l’humain qui est placé au cœur du numérique.

Partagée par tous les hommes politiques interrogés, l’universalité de ce service ne fait aucun doute. Si Jean-Luc Mélenchon préconise de « l’inscrire dans la constitution » et qu’Emmanuel Macron estime qu’il faut « avoir les mêmes exigences sur les réseaux télécoms que sur ceux de l’énergie », le curseur se place au niveau des usages. « Il faut penser le numérique comme centré sur les besoins et les usages de tous les français » explique Sébastien Vincini. Et d’enchaîner avec la question suivante : celle de l’inclusion, qui figure déjà en tête des priorités des programmes numériques d’Emmanuel Macron et d’Anne Hidalgo.

 

Autre volet humain : l’emploi et la formation. La quasi-totalité des équipes de campagne insiste sur la nécessité de renforcer la formation continue, de former davantage au numérique (400.000 ingénieurs et techniciens supplémentaires dans les 5 ans selon Emmanuel Macron, création d’une école du numérique pour Valérie Pécresse, instauration d’un apprentissage informatique plus tôt dans les programmes scolaires pour Jean Lassalle avec un CAPES numérique) ou encore d’investir davantage dans la recherche, en plus de la formation initiale avec un apprentissage en alternance pour Anne Hidalgo.

Sécurité et souveraineté numérique

 

Les questions de la sécurité et de la souveraineté numérique se sont nettement invitées dans les programmes des candidats. Il faut dire que les récentes crises interrogent sur la gestion des données, le développement des datacenters, la cyber-sécurité, etc. Beaucoup considèrent pour cela qu’il faut renforcer l’attractivité de nos territoires, nos savoir-faire vu comme le « premier rempart de la souveraineté » pour Eric Bothorel et notre arsenal législatif avec « une loi souveraineté et responsabilité numérique avec un cloud souverain et un Parquet national de la cyber-sécurité » pour Valérie Pécresse.

Les oubliés des programmes…

Reste que certaines propositions d’InfraNum ont été « effleurées » comme l’accompagnement à la digitalisation des TPE-PME, la création d’un véritable Ministère du numérique (ou plutôt d’un « ministère de l’aménagement du territoire » souhaité par Nicolas Dupont-Aignan), la 5G qui est surtout plébiscitée pour son enjeu industriel, l’export du savoir-faire de la filière, et enfin l’ambition d’une France composée de territoires connectés.

L’enjeu environnemental lié au numérique a souvent été abordé notamment par Sylvain Raifaud pour exiger plus d’éthique et de réglementation en vue de limiter les émissions liées au secteur, même si des optimisations dans la gestion de nos territoires sont évoquées grâce au numérique.

 « InfraNum remercie tous les candidats ou leurs représentants qui ont accepté de venir s’exprimer sur leurs programmes et sur les propositions qui animent la filière des infrastructures numériques. Cet échange constitue la base du futur dialogue étroit et collaboratif que la filière aura à cœur de construire avec la future équipe gouvernementale » conclut Philippe Le Grand, Président d’InfraNum.

X