L’Isère a la fibre : le Très Haut Débit arrive en station !

Le Département de l’Isère et son délégataire, Isère Fibre (filiale de SFR), ont réuni le 6 décembre, en partenariat avec Infranum, les acteurs du numérique à l’Alpe d’Huez autour de tables-rondes. L’occasion de faire un zoom sur le défi relevé par le Département pour déployer la fibre optique sur 100 % du territoire (hors zones AMII*) d’ici à 2024, et sur l’impact de l’arrivée de cette fibre dans les stations de montagne, prévue courant 2020.

« Isère THD », un projet ambitieux

Raccorder 100 % des Isérois (hors zones AMII*) à l’Internet très haut débit (THD) d’ici à 2024 via un réseau de fibre optique qui couvrira tout le territoire : c’est l’engagement pris par le Département fin 2016 avec le projet « Isère THD ».
Ce réseau d’initiative publique (RIP) est l’un des plus ambitieux en France. « Qui dit THD, dit travaux publics, tranchées, câblage dans les zones les plus rurales du département, mais aussi dans ses sommets, comme à l’Alpe d’Huez et en Oisans. Le raccordement imminent des stations de l’Oisans est un grand pas dans le déploiement de ce réseau. L’enjeu est d’éviter la fracture numérique entre les territoires urbains et ruraux, et de « booster » l’attractivité économique et touristique de l’Isère », a souligné le Président du Département, Jean-Pierre Barbier. Etienne Dugas, Président d’Infranum, a ajouté que ce RIP était « le plus grand déployé à l’échelle d’un département ».
L’opération « Isère THD », de 560 millions d’euros, est le plus gros chantier de la mandature. Il s’agit de déployer 450 000 prises et 2 500 kilomètres de fibre optique en 8 ans. « On compare souvent le déploiement de la fibre à celle de l’électricité. Il a fallu 40 ans pour l’électricité. Huit ans, ce n’est donc pas si long ! Nous relevons ce défi car le THD est vital en termes d’attractivité, de compétitivité pour nos entreprises, pour nos collectivités, pour les gens », a souligné le Vice-président du Département, délégué à l’aménagement numérique et aux systèmes d’information, Damien Michallet, qui a remercié l’Etat, la Région Auvergne-Rhône, l’ensemble des intercommunalités iséroises ainsi qu’Isère Fibre pour leur engagement financier.

Ce raccordement a signifié et signifie encore des prouesses techniques pour desservir, à terme, 128 communes de montagne. « Pour déployer la fibre optique, nous avons utilisé les réseaux des canons à neige. Pour éviter de gêner les usagers des routes, nous avons noué des partenariats locaux permettant ainsi d’utiliser d’anciennes galeries d’EDF, ou encore de passer sous les pistes de ski. Vous en aurez sous vos skis », a cité en exemple Arnaud Burban, Directeur général de Vinci Energies, lors de la première table-ronde sur l’Isère THD. « La fibre la plus haute de France est sans doute chez nous, puisqu’elle passe par le téléporté culminant de la station à 3300 mètres d’altitude », a lancé avec fierté Christophe Monier, Directeur général de la SATA (domaine skiable de l’Alpe d’Huez).
Concernant l’avancée du chantier, Lionel Recorbet, Président d’Isère Fibre et Président de SFR FTTH, a précisé, à son tour, durant la première table-ronde : « Aujourd’hui, nous avons déployé environ 80 000 prises sur les 450 000 prévues. Notre objectif est d’accélérer ce rythme pour tenir les délais. A l’Alpe d’Huez, dès le premier semestre 2020, il y aura la fibre, comme pour l’ensemble des stations de l’Isère ». Et à Marie-Noëlle Battistel, Députée de l’Isère et représentante de l’Association nationale des élus de montagne de rappeler : « L’enjeu plus globalement du Très Haut Débit, c’est bien d’assurer le désenclavement des communes de montagne ».

Un accès au THD stratégique pour les massifs de l’Isère et ses stations

L’Isère est une importante destination touristique en France (la 3ème en hiver), grâce à l’attractivité de ses massifs et au dynamisme de ses stations. En effet, 60 % du tourisme (soit 1,3 milliard d’euros) est généré en station. Des chiffres d’ailleurs en forte progression depuis 3 ans : la consommation touristique a pris 10 points en 2 ans. « Or, 95 % de ce public est urbain et très connecté », a souligné le Directeur de l’office de tourisme des 2 Alpes Eric Bouchet, lors de la deuxième table-ronde intitulée « Les stations tout schuss dans la transition digitale ». « Cette clientèle ne comprend pas qu’en montagne, elle ne puisse pas avoir les mêmes services numériques qu’en ville ».
La desserte imminente du Très Haut Débit des stations de l’Isère va « booster » l’économie touristique intimement liée à l’économie digitale puisqu’elle est en est l’un des principaux clients. D’où la démarche « Station du futur » lancée par Isère Tourisme pour faire émerger des solutions innovantes capables de profiter à l’ensemble des stations de moyenne et de haute montagne. Franck Lecoutre, Directeur de l’office du tourisme de Chamrousse et pilote de la démarche sur le volet high-tech, a évoqué également la transition opérée : « La station connectée doit servir d’un leitmotiv essentiel : donner toujours plus de facilités, toujours plus de plaisir à notre client ».

Réussir la transition numérique sur le plan humain

« On dit souvent que la data c’est le pétrole du XXIe siècle », a remarqué le Président de l’Institut Sapiens, Olivier Babeau. « Je ne suis pas d’accord, c’est l’eau du XXIe siècle. C’est à côté des cours d’eau, sources de vie, que les hommes fondaient villes et villages. Aujourd’hui, nous sommes dans l’ère de l’immédiateté. Si nous voulons éviter la grande fracture entre « technoleaders » et « technolargués », nous devons être connectés. Bravo donc au Département de l’Isère de se préoccuper de la prochaine génération, en lui offrant le THD ».
En conclusion de l’événement, le Président du Département, Jean-Pierre Barbier, la Directrice déléguée de l’Isère de la Banque des Territoires Auvergne-Rhône-Alpes, Catherine Barrot, et le Directeur de la Mission France Très Haut Débit, Régis Baudoin, ont signé officiellement la Convention Plan « France Très Haut Débit », qui a confirmé l’engagement financier de l’Etat, à hauteur de 97,5 millions d’euros, en soutien à la construction du réseau « Isère THD ».
« Ce projet correspond totalement aux quatre axes que nous nous sommes fixés : des territoires plus inclusifs, plus durables, plus connectés et plus attractifs », a souligné Catherine Barrot. Ce que Régis Baudoin a renforcé : « Le projet de l’Isère se situe en effet au meilleur niveau d’ambition avec le choix de la fibre optique sur 100 % du territoire. Nous sommes donc heureux d’y participer et d’apporter le soutien financier de l’Etat et de nos équipes. »

L’Isère a la fibre : le très haut débit pour tous est en marche !

*Une zone AMII (Appel à manifestation d’intention d’investissement) est une zone exclusivement réservée à l’initiative privée définie dans le cadre réglementaire du Très Haut Débit, élaboré en juin 2010 par le Gouvernement.

TAGS :