En 2018, l’Observatoire des Réseaux d’Initiative Publique devient l’Observatoire du THD !




avec le soutien de


en partenariat avec

Depuis 2013, InfraNum assure le suivi de la filière réunie autour du plan France THD. Poursuivant l’objectif commun de consolidation d’une vision quantitative, la Banque des Territoires en tant que soutien historique et l’Avicca en tant que partenaire représentatif des collectivités se sont associés à la démarche de la fédération.

L’Observatoire du THD, s’enrichit à nouveau cette année, notamment avec un nouvel outil sur le volet emploi, pour demeurer la référence en matière de quantification prospective dans tous les domaines des infrastructures numériques.

Avec les résultats exceptionnels de 2019, qui ont dépassé les propres attentes des industriels, la France est devenu le pays le plus fibré d’Europe ! 2020 est venu percuter cette belle lancée, non seulement avec la crise du COVID mais aussi avec la mise à jour du référentiel de logements qui a fait apparaitre plus de 5 millions de foyers supplémentaires à couvrir d’ici 2025… le défi est énorme. Les objectifs 2022 et 2025 peuvent être relevés, mais seulement avec l’accompagnement très attendu de la part de l’État pour la relance et pour la reprise.

Les défis pour la filière de l’infrastructure numérique sont nombreux
pour réussir les objectifs gouvernementaux du Plan France THD :

Sur les rails,
la locomotive du très haut débit a tenu le choc

La crise COVID-19 a fait prendre un retard estimé à 1,5 million de prises et l’évolution du référentiel du nombre de logements à couvrir a ajouté 5 millions de locaux supplémentaires à couvrir d’ici 2025. L’épreuve a été particulièrement rude pour les industriels, mais les chantiers n’ont jamais été arrêtes totalement, ce qui a permis une reprise rapide, et pourrait rendre envisageable la complétude des objectifs 2022 et 2025, si et seulement si l’accompagnement de l’État est réel et immédiat sur les aspects opérationnels.

Observatoire-du-tres-haut-debit-2020-puce-bleue

Opérationnel : des décisions immédiates
si l’État souhaite tenir les objectifs

Les industriels ont tenu leur rang malgré la crise et sont prêts à aller chercher les objectifs 2022 et 2025, mais cela ne se fera pas sans l’engagement de l’État et la prise de décisions immédiates pour lever tous les freins opérationnels : suppression du calcul de charge et de la redevance en zone de raccordement concernant les appuis communs, entérinement des processus STOC sur lesquels les opérateurs sont d’accord depuis 6 mois, et mise à disposition d’une vraie base d’adresse nationale prévue initialement pour 2017.

Observatoire-du-tres-haut-debit-2020-puce-turquoise

9000 recrutements en 2019,
soit 2400 de plus que prévu !

2400 recrutements de plus que prévu en 2019 ! Les industriels ont mis les bouchées doubles pour arriver au record de déploiement, avec l’aide des centres de formation remplis à 95%.

L’outil de formation était bien dimensionné pour absorber le pic de formation et 2020 sera à nouveau une année critique, avec 5300 agents à former partout en France.

Nouveauté, InfraNum se dote cette année d’un outil cartographique qui permet de suivre les prévisions locales en matière de déploiements et d’emploi. La fédération lance ici un appel aux Régions pour construire ensemble ce qui n’est pour l’instant qu’un modèle théorique quantitatif.

Un financement pour généraliser la fibre
et relancer le secteur

L’année 2019 record a en fait été gommée par le retard dû au COVID et l’élargissement du nombre de logements à raccorder. Comme il y a un an, 23 millions de prises restent à raccorder et comme il y a un an, 3 millions de prises restent à financer. Après une crise qui a montré en quoi les infrastructures numériques sont un levier social et économique, le financement de 680 millions d’euros de l’État s’impose dans le cadre du plan de relance.

Observatoire-du-tres-haut-debit-2020-puce-rose

Le mix technologique pour apporter une solution
aux oubliés du très haut débit

Le très haut débit est accessible pour tous, sous réserve d’employer le bon mix technologique en attendant l’arrivée de la fibre. Aux calendriers qui s’étalent nécessairement au-delà de 2025, viennent s’ajouter les retards dus au COVID.

L’État et les départements vont-ils enfin utiliser tous les leviers à leur disposition pour couvrir les oubliés du très haut débit, et en particulier le THD radio et le satellite ?

Observatoire-du-tres-haut-debit-2020-puce-saumon

Marché entreprise :
la France, pays le plus fibré mais le moins numérisé ?

Toutes les entreprises françaises doivent engager ou approfondir leur transformation numérique. Pour ce faire, l’Arcep et l’Autorité de la concurrence doivent garantir à tous les acteurs sur le marché de gros le panel complet des offres neutres, mutualisées, ouvertes, passives comme actives. Ce n’est pas le cas depuis trop longtemps et il faut désormais passer des paroles aux actes en appliquant la régulation prévue et en la renforçant sur la base des appels des associations de la filière, du Sénat et de l’Assemblée nationale. Tout est aligné pour que le Président de l’Arcep puisse à la fin de l’année tirer un bilan enfin positif de l’engagement pris à son arrivée en 2015 sur le marché entreprise.